Ministère des Finances du Cameroun

LA DIRECTION GENERALE DU BUDGET

Exécution budgétaire du Cameroun au premier semestre 2018

Publié le : 30/12/18 5:13

Cameroun, exécution budgétaire- Au cours du premier semestre de l’exercice 2018, le budget de l’Etat s’est exécuté dans un contexte marqué au plan international par : une économie mondiale qui ressent déjà les effets de la guerre commerciale entre les États-Unis et leurs partenaires, avec l’application des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium et les mesures de rétorsion, qui entraînent notamment le ralentissement du commerce international ; le recul de l’activité dans les pays émergents où les exportations ont diminué de 2% au deuxième trimestre en glissement annuel, ainsi que dans la zone euro où la production industrielle a chuté durant deux trimestres consécutifs ; la sortie des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, qui a entraîné la réactivation des sanctions économiques contre l’Iran, un pays exportateur de pétrole important et le recul de l’inflation en rythme annuel de 0,2 point dans la zone euro et son augmentation de 0,4 et 0,2 point respectivement en Chine et aux Etats-Unis, trois des principaux partenaires commerciaux du Cameroun.

Consulter le rapport d’exécution du budget à fin juin 2018

[zone-documentaire ducument_id= »8928″]

 

Au plan national, le contexte d’exécution du budget est marqué par : la morosité de l’activité économique enregistrée en 2017, qui a négativement affecté les résultats du premier trimestre 2018 ; la deuxième revue du programme économique et financier, qui s’est conclu de manière satisfaisante avec l’approbation du dossier du Cameroun par le conseil d’administration du FMI en juin 2018 ; l’adoption de la loi de finances rectificative pour prendre en compte les ressources supplémentaires et, la signature de la circulaire complémentaire sur l’exécution du budget pour renforcer le contrôle du budget et le reporting financier ; l’augmentation de 35,6% en glissement annuel des cours mondiaux du pétrole, qui se situent en moyenne à 70,7 dollars le baril, soit 19,3 dollars au-dessus du prix retenu dans la loi de finances 2018 et l’amélioration de la capacité d’absorption des financements extérieurs ; la persistance des perturbations d’activités dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-ouest.