Renforcement des capacités des Contrôleurs Financiers (phase 5)

Du 15 au 19 mars 2021 s’est tenu à l’Hôtel Hilton de Yaoundé, la 5e session de formation des Contrôleurs Financiers. Ce séminaire s’inscrit dans la continuité d’une série qui a débuté en 2020 et au terme de laquelle près de 111 Contrôleurs Financiers ont été formés sur des modules qui prennent en compte les évolutions de leurs attributions et les spécificités institutionnelles des structures auprès desquelles ils sont placés.

Cette assise a été présidée par Madame le Chef de la Division du Contrôle Budgétaire, de l’Audit et de la Qualité de la Dépense, représentante de Monsieur le Directeur Général du Budget, empêché. Dans son discours introductif, elle a rappelé les objectifs qui ont sous-tendus cette activité qui a débuté en 2020, à savoir :

  • la nécessité de se conformer aux dispositions de l’article 55 alinéas 2 et 3, de la loi 2018/011 du 11 juillet 2018 portant code de transparence et de bonne gouvernance dans la gestion des finances publiques, dans le but de professionnaliser les acteurs, notamment ceux en charge du contrôle budgétaire et de l’audit d’une part ;
  •  permettre aux Contrôleurs Financiers d’accompagner efficacement les entités publiques en vue d’une exécution efficiente de leur budget, en leur fournissant le savoir-faire nécessaire à l’accomplissement de leur délicate mission de contrôle préventif de ces budgets d’autre part.

Les travaux de Yaoundé ont donc permis de présenter les treize (13) modules de formation allant du cadre général de gestion des finances publiques à l’éthique et la déontologie dans l’exécution des budgets publics, en passant successivement par le rôle du CF dans la chaîne PPBS ; la nomenclature budgétaire de l’Etat, des EP et des CTD ; les impôts et taxes dans la procédure budgétaire ; le rôle du CF dans la contractualisation publique ; l’utilisation optimale de GIDOEP ; le contrôle interne dans les administrations publiques ; le contrôle de la solde et des pensions ; les acteurs et outils de pilotage de la performance ; la rédaction administrative et l’archivage dans un CF; les procédures budgétaires et reporting des activités dans un CF et la préparation des budgets publics.

Au terme des travaux, les recommandations ci-après ont été formulées à la haute attention du MINFI :

  • mettre en place un interfaçage réseau de tous les systèmes de traitement (DGI/DGB/DGTCFM/DGD) afin de résoudre les goulots d’étranglements qui se pose relativement à la production des pièces budgétaires et comptables et faciliter l’action des garants de la fortune publique en leur permettant d’avoir des informations fiables et en temps réel ;
  • renforcer les mécanismes de transmission, de la DGI aux Contrôleurs Financiers, des quittances d’enregistrement des documents budgétaires afin de faciliter le contrôle et réduire l’insertion de fausses pièces dans la liasse de la dépense.
  • Harmoniser les systèmes d’exécution du budget dans les EP en facilitant l’installation de GIDOCEP dans les CF qui n’en disposent pas.
Tout télécharger