Ministère des Finances du Cameroun

LA DIRECTION GENERALE DU BUDGET

Le réseau des coordonnateurs ministériels du contrôle de gestion tient sa deuxième session

Publié le : 1/06/21 1:55

Le jeudi 27 mai 2021, à partir de 10 heures 35 minutes, s’est tenue au Hilton Hôtel de Yaoundé,
la deuxième session du Réseau des Coordonnateurs Ministériels du Contrôle de Gestion. Placée
sous la présidence de Madame BOUMSONG Sophie, Chef de Division de la Réforme
Budgétaire, représentante du Directeur Général du Budget empêché.
Cette session a connu la participation des coordonnateurs du contrôle de gestion des trente-huit
administrations, des représentants du Ministère des Finances et des partenaires techniques et
financiers, notamment, la GIZ.
Dans ses propos liminaires, la présidente de séance après avoir souhaité la bienvenue et
remercié les participants pour leur présence a rappelé les objectifs de la session du jour à savoir :
permettre aux parties prenantes de monter en puissance dans l’organisation du contrôle de
gestion au sein de leurs administrations respectives par la tenue régulière du dialogue de gestion
stratégique et opérationnel, et la production des documents budgétaires de qualité.
L’atelier s’est articulé autour de trois exposés : i) le bilan des activités du contrôle de gestion
depuis la dernière session du 29 janvier 2020 ; ii) l’organisation et l’animation d’un dialogue
de gestion ; iii) la Budgétisation Sensible au Genre afin que les coordonnateurs du réseau des
contrôleurs de gestion s’approprient cette réforme à venir et la diffusent au sein de leurs
administrations respectives.
Au terme de cet atelier et dans la l’optique de redynamiser le dispositif du dialogue de gestion
dans les départements ministériels, les participants ont formulé entre autres les
recommandations suivantes :

  1. étendre la formation du contrôle de gestion aux référents du contrôle de gestion, aux
    responsables des programmes et aux responsables d’actions ;
  2. transmettre de manière formelle à l’endroit des départements ministériels, les
    recommandations formulées lors des conférences budgétaires ;
  3. élargir l’habilitation de l’applicatif PROBMIS aux contrôleurs de gestion, afin de
    permettre à ces derniers de capter les informations budgétaires et financières en temps réel.