Ministère des Finances du Cameroun

LA DIRECTION GENERALE DU BUDGET

LE BUDGET DE L’ETAT

[accordion clicktoclose=true tag=h3]

[accordion-item title=” LE BUDGET 2020  ” ]

1. Les recettes de l’Etat

Les ressources prévues dans le budget 2020 sont de 3 719,2 milliards de FCFA. Elles se subdivisent en recettes budgétaires internes et dons. Les dons s’élèvent à 102 milliards.

Les principales recettes fiscales sont : les recettes de TVA (taxe sur la valeur ajoutée) ; les Impôts sur les sociétés non-pétrolières (IS) ; les taxes sur des produits déterminés et droits d’accises ; les IRPP (impôts sur les revenus des personnes physiques) ; les droits et taxes à l’importation ; le droit d’enregistrement et de timbre.

2. Les principales dépenses de l’Etat ?

Les dépenses du budget général s’établissent en 2020 à 4 951,7 milliards de F CFA. Le budget 2020 consacre plus de 30% de l’enveloppe aux dépenses en capital.

3. Top 10 des programmes (Poids budgétaire)

4. Quelques grands projets du gouvernement au titre des dépenses d’investissement

5. Dépense de décentralisation

Le budget de 2020 entend maintenir l’impulsion forte qui a été donnée au processus de décentralisation dans le cadre de la loi de finances 2019. En effet, les choix des projets à financer sont comme en 2019 restés sous la responsabilité des Collectivités Territoriales Décentralisées. La dotation générale de 36 milliards en investissement et 5 milliards en fonctionnement a été maintenue en 2020.

[/accordion-item]

[accordion-item title=” DÉFINITION DES CONCEPTS DE BASE “]


La préparation du budget au Cameroun :[/accordion-item]

[accordion-item title=”LA PRÉPARATION DU BUDGET”]

Le Calendrier de préparation du budget 2019

LES GRANDES ÉTAPES DU BUDGET LES DÉLAIS
1 La Présidence de la République publie la circulaire de préparation du budget ;     30 Juin
2 Le MINEPAT et le MINFI organisent la Conférence élargie de programmation qui sont le lieu de validation des cadres de dépenses à moyen terme élaborés par les départements ministériels sectoriels ;    7 Juillet
3 Le MINFI et le MINEPAT organisent des pré-conférences budgétaires qui permettent aux ministères sectoriels de présenter leurs besoins de financement et leurs programmes ;   27 Juillet
4 Le Comité Interministériel d’Examen des Programmes (CIEP) étudie et valide les programmes proposés par les ministères sans rentrer dans les détails financiers ;   17 Août
5 Les conférences spéciales sont tenues dans la perspective des conférences budgétaires pour débattre des questions d’une importance particulière : la budgétisation des grands projets structurants, la budgétisation des fonds de réhabilitation dans le cadre des contrats-plans   31 Août
6 Le MINFI et le MINEPAT organisent des conférences budgétaires avec les ministères sectoriels et les institutions pour vérifier que les plafonds de dépenses sont respectés et que les changements proposés par le Comité Interministériel d’Examen des Programmes ont été pris en compte ;   21

Septembre

7 Elaboration du projet de loi de finances et transmission aux Services du Premier Ministre ;  1er Octobre
8 Les Services du Premier Ministre transmettent le projet de loi avec les derniers arbitrages à la Présidence de la République ; 8 Octobre
9 La Présidence de la République dépose le projet de loi des finances et ses annexes à l’Assemblée Nationale (au parlement, car le budget est discuté et voté dans les deux chambres : l’Assemblée Nationale et le Senat) ; 15 Octobre
10 Le parlement examine et vote la loi de Finances ; Novembre
11 Le Président de la République promulgue la loi de Finances. Décembre

[/accordion-item]

[accordion-item title=”LE CONTEXTE ECONOMIQUE “]

1. La croissance économique

  • Source : Données de la banque mondiale

2. L’inflation

  • Source : Données du fond Monétaire International
  • Remarque : Les chiffres des années 2018 et 2019 sont des estimations

3. Les recettes

  • Source : Données du MINFI

4. Les dépenses

  • Source : Données du MINFI

5. La dette

  • Source : Données du fonds Monétaire International
  • Remarque : Les chiffres de l’année 2017 et 2018 sont des estimations

[/accordion-item]

[accordion-item title=” LES ORIENTATION BUDGETAIRES”]

1. Quelles sont Les hypothèses économiques retenues pour calculer le budget de 2019 ?

Les hypothèses économiques du budget reflètent les attentes du gouvernement en termes de croissance, d’inflation, de recettes et autres. Elles se basent sur des calculs et des estimations statistiques.

2. Quels sont les objectifs du budget 2019 ?

Le budget de l’État sert à financer et réaliser des objectifs bien précis ;

Pour l’année 2019 les objectifs sont :

Au niveau économique Au niveau social Au niveau de la gouvernance de l’État
–  Améliorer le secteur de l’énergie

–  Aider les entreprises à améliorer leur compétitivité

–  Soutenir le développement des industries locales

–  Soutenir l’agriculture, l’élevage, et l’industrie à base agricole

–  Aider les petites et moyennes entreprises à trouver des financements pour leurs activités

–  Améliorer l’accès aux services sociaux

–  Renforcer l’éducation civique et l’enseignement des langues

–  Promouvoir la culture du vivre ensemble

–  Protéger les personnes les plus vulnérables (c’està-dire les aider à trouver du travail et leur assurer des sessions de formation professionnelle, et autres actions)

–  Améliorer la gestion de l’État et sa performance

–  Utiliser l’argent public de manière plus efficace

–  Améliorer la collecte des recettes

–  Limiter l’endettement de l’État

–  Réduire le déficit budgétaire

3. Quelles orientations au niveau des recettes de l’Etat ?

Pour que l’État puisse réaliser ses objectifs, il cherche à maximiser ses recettes. Pour cela, chaque année le gouvernement adopte des mesures pour augmenter sa capacité à collecter des recettes.

Pour l’année 2019, les grandes orientations sont :

Élargir l’assiette fiscale Cela permettra à l’État d’augmenter ses recettes provenant de taxes et impôts
Sécuriser les recettes Cela permettra à l’État de s’assurer que les recettes prévues dans le budget vont être collectées et disponibles
Lutter contre la fraude et l’évasion fiscale Cela permettra à l’État d’empêcher les personnes et les sociétés d’échapper au paiement des impôts et des taxes
Améliorer le climat des affaires Cela permettra d’attirer et de créer de nouvelles entreprises qui vont générer des activités et des revenus imposables. Donc encore plus de recettes pour l’État
La promotion socioéconomique Principalement des facilités fiscales pour encourager les jeunes, les personnes vulnérables et les entreprises à travailler.

4. Quelles orientations au niveau des dépenses ?

L’État cherche aussi à éviter le gaspillage de l’argent public ; pour cela il suit des orientations pour effectuer ses dépenses de manière efficace.

  • Réduire le déficit budgétaire ;
  • Rationaliser les dépenses de l’État par une réduction de son train de vie.

[/accordion-item]

[accordion-item title=”LES GRANDS PROJETS  “]

Intitulé du Projet Objectif Cout du projet et Financement Etat de mise en œuvre
1 Aménagement Hydroélectrique de Lom Pangar Produire 30 MW d’énergie Milliards La mise en eau a été effectuée en 2016. Les travaux d’une centrale hydroélectrique de 30 Mw sont en cours. La mise en service est prévue pour juillet 2019.
2 Barrage

Hydroélectrique de Memve’ele

Accroitre l’offre

d’énergie de

211Mw

Milliards Les travaux du barrage et de la centrale sont entièrement réalisés. La mise en service partielle est effective. La mise en service complète du projet est liée à l’achèvement de la ligne d’évacuation d’énergie dont

l’exécution est de 65%

3 Barrage

Hydroélectrique de Mekin

Accroitre l’offre d’énergie de 15 Mw Milliards La construction du barrage est achevée et la mise en eau est effective. La mise en service est imminente.
4 Barrage hydroélectrique de Birni à Warak Accroitre l’offre

d’énergie de 75Mw

Milliards Les routes d’accès aux sites ont été aménagées. L’ouvrage doit être réalisé en 48 mois, pour une livraison attendue à l’horizon 2021-2022.
5 Deuxième Pont sur le Wouri Fluidifier les échanges dans la ville de Douala en allégeant le trafic sur le 1er pont Milliards Une réception provisoire partielle a eu lieu le 31 mai 2018. La mise en service complète du projet est prévue pour la fin d’année 2018.
6 Aménagement

des entrées Est et

Ouest de la ville Douala

Assainir et désengorger les

entrées et sortie de la capitale économique

Milliards L’entrée Est de Douala est déjà achevée et la circulation est ouverte. Le projet  de l’entrée Ouest a été réceptionné le 28 septembre 2018. Les travaux relatifs à l’éclairage et la signalisation sont en cours d’achèvement.
Intitulé du Projet Objectif

Coût du projet et Financement

Etat de mise en œuvre
7 Autoroute

Yaoundé-

Nsimalen (section rase campagne)

Mise en place d’une voie de circulation

rapide de l’Aéroport au centre-ville

39,8 Milliards Les travaux sont exécutés à plus de 85%. Ils seront achevés avant juin 2019.
8 Autoroute

Yaoundé-Douala

(1ere phase

Yaoundé–Bibodi)

Mise en place d’une voie de circulation

rapide entre les deux capitales

280 Milliards Les travaux sont à environ 64% de réalisation.
9 Complexe

industrialo

portuaire de Kribi

(26 000 hectares, soit 260 km²)

Permettre l’accostage de

navires à grand tirant d’eau ;

et favoriser le

développement de projets industriels et miniers (fer,

aluminium, alumine, gaz naturel liquéfié)

1ère phase : 285 Milliards Des bateaux et des portes conteneurs ont été déjà reçus par le port. Le trafic a débuté en mars 2018
10 Projet d’Alimentation de

Yaoundé et ses environs en eau

Potable à partir de la Sanaga

(PAEPYS)

Améliorer l’offre et la qualité des services publics

d’eau dans la ville

de Yaoundé et ses environs.

588,89 Milliards A date, les travaux sont à 30% de réalisation environ. Leur achèvement est prévu pour décembre 2019.
  • Source : Données du MINEPAT

[/accordion-item]

[accordion-item title=”LES PRIORITÉS BUDGÉTAIRES “]

[/accordion-item]

[/accordion]