Ministère des Finances du Cameroun

LA DIRECTION GENERALE DU BUDGET

MINFI : Renforcer l’action de renforcement de capacités des acteurs dans le but de réduire les résistances vis à vis des réformes budgétaires et financières 

Publié le : 11/06/22 1:31

De l’analyse des documents et des échanges, le CIEP note particulièrement la “résistance des différents acteurs vis à vis des réformes budgétaires et financière”.

Cadre logique et l’alignement avec la SND 30

Le MINFI conduit cinq (05) programmes : le programme  mobilisation des  recettes internes non pétrolières (031), le programme  gouvernance douanière, protection de l’espace économique et participation à la sécurité nationale (032), le programme  gestion du trésor public et suivi du secteur financier (033), le programme  gestion budgétaire de l’état (034), le programme  gouvernance et appui institutionnel (092). L’action du MINFI consiste à assurer la disponibilité des ressources financières pour la réalisation de toutes les priorités de développement conduites par le Gouvernement dans le cadre de la mise en œuvre de la SND30 à travers quatre (04) programmes opérationnels. À ce effet, il se dégage des échanges et de l’analyse des documents que « les quatre programmes opérationnels 031 : Mobilisation des recettes internes non pétrolières, 032 : Gouvernance douanière, protection de l’espace économique et participation à la sécurité nationale, 033 : Gestion du Trésor public et suivi du secteur financier, 034 : Gestion budgétaire de l’Etat sont par déduction alignés à la SND 30 ». Par ailleurs, « ces programmes sont conformes aux missions (domaine d’intervention) dévolues au MINFI par son texte organique. Leurs objectifs et actions sont cohérents avec les objectifs des programmes. On peut conclure que le cadre logique du MINFI est stable et ne nécessite pas d’ajustement », se réjouissent les membres du CIEP. 

Indicateurs

En ce qui concerne les indicateurs retenus pour mesurer l’atteinte des objectifs des programmes du MINFI, ils sont jugés « pertinents, par rapport aux objectifs de chaque programme », note le CIEP. Toutefois, l’on note un besoin de reformulation de l’objectif du programme 032 qui, tel qu’il est formulé, semble ne pas capter le volet “mobilisation des recettes douanières” dans son intitulé, alors qu’un indicateur “taux de mobilisation des recettes douanières” est définit à cet effet. Pour un souci de cohérence, le reformuler serait opportun. Dans le même ordre d’idées, il convient de constater que les fiches de documentation des indicateurs du programme bien que disponibles pour chacun des quatre programmes, « ne sont pas complètement renseignées, surtout au niveau du champ relatif à la stratégie concernée par l’indicateur, ceci est la conséquence de l’absence d’une stratégie programme bien élaborée », rappelle le CIEP.

Allocations des ressources et résultats

En ce qui concerne les résultats, concernant le programme 031, de l’analyse du RAP 2020 et des échanges, l’on note que l’objectif du programme est en dépassement de 105,8%, les objectifs des actions sont atteints malgré une sous consommation des crédits budgétaires alloués pour la mise en œuvre des actions. Toutefois, « aucune précision n’est faite au niveau de la stratégie programme pour permettre d’analyser si la proportion des ressources allouées est suffisante par rapport aux ressources sollicitées », remarque le CIEP. Cependant, de l’analyse des résultats antérieurs, il permet de penser à une allocation suffisante des ressources dans les programmes qui atteignent leurs objectifs sans consommer la totalité des ressources allouées. Il s’agit des programmes 031, 032.

Pistes de recommandations

Les membres du CIEP ont retenu les pistes de recommandations suivantes à l’attention du MINFI : Pour un meilleur suivi de la performance, affiner les indicateurs des programmes, notamment par la définition d’indicateurs complémentaires au niveau des programmes 031 et 033 ; Renforcer l’action de renforcement de capacités des acteurs dans le but de réduire les résistances vis à vis des réformes budgétaires et financières ; Densifier la rédaction des programmes et programmes au niveau du PPA, compris les stratégies programme ; Renforcer l’animation des programmes par la tenue de dialogues de gestion stratégique autour du chef de département.