La direction générale du budget Cameroun

LA DIRECTION GENERALE DU BUDGET

Le rapport sur l’exécution budgétaire à fin juin 2021 est disponible

Publié le : 18/10/21 8:55

Au cours du premier semestre de l’exercice 2021, le budget de l’Etat s’est exécuté dans un contexte marqué au plan international par : (i) la poursuite de la pandémie et l’accélération de la recherche sur le vaccin anti-COVID-19 ; (ii) une contraction de l’économie mondiale enregistrée en 2020, avec un taux de croissance estimé à -3,3% contre 3,7% en 2019, principalement du fait de la pandémie du COVID-19 ; (iii) un rebond de l’économie mondiale attendue en 2021, avec un taux de croissance projeté à 6%, en raison notamment des mesures de soutien à l’économie, et de l’espoir suscité par les vaccins contre la COVID-19 dans la plus part des pays de la planète; (iv) l’échec des négociations entre l’Union européenne et la Grande-Bretagne pour la conclusion d’un accord commercial post-Brexit.

Au plan national, le contexte d’exécution du budget est marqué par : (i) un ralentissement de l’activité économique moins marqué que prévu au cours de l’année 2020 affectée par la pandémie du COVID-19, avec un taux de croissance estimé à 0,5% contre -2,6% projeté et 3,7% en 2019 ; (ii) un rebond de la croissance à 3,4% attendu en 2021, en lien avec la remontée de la demande mondiale des produits exportés par le Cameroun, suite à la réouverture des frontières des pays partenaires, et au dynamisme de la demande intérieure ; (iii) l’adoption d’une loi de finances rectificative, suite à la hausse des cours mondiaux du pétrole qui a entrainé un accroissement significatif des recettes budgétaires ; (iv) le relèvement par ordonnance du plafond d’endettement 2021, afin d’augmenter les émissions de titres publics ; (v) l’émission d’un nouvel eurobond de 450 milliards à 5,9% de taux d’intérêt, pour racheter une partie de l’eurobond émis en 2015 à 9,5% ; (vi) la conclusion d’un nouveau Programme Economique et Financier 2021-2024 avec le FMI ; (vii) la 6ème édition du Championnat d’Afrique des Nations tenue du 16 janvier au 07 février 2021 ; (viii) la persistance des problèmes sécuritaires dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-ouest ; (ix) l’opérationnalisation des conseils régionaux.

S’agissant des cours au premier semestre 2021 des principaux produits exportés, ils sont en hausse en glissement annuel, à l’exception de ceux du cacao brut. En effet, les cours moyens de l’huile de palme et de l’aluminium progressent respectivement de 70,4% et 41,1% pour s’établir à 993,9 dollars et 2 245,3 dollars la tonne. Ceux du caoutchouc et du coton croissent de 31,5% et 30,5% respectivement pour s’établir à 358,8 cents US/kg et 91,3 cents/US la livre. Ceux des cafés arabica et robusta augmentent de 26,4% et 14,5% pour se situer à 136,5 cents/US et 76,2 cents/US la livre respectivement. Le cours moyen du pétrole croit de 61,8% pour s’établir à 64,6 dollars le baril. Par contre, celui du cacao brut baisse de 1,7% pour se situer à 2 477,2 dollars la tonne.

Ce contexte a influencé l’exécution du budget de l’Etat, en termes de mobilisation des ressources budgétaires et d’exécution des dépenses budgétaires. S’agissant de l’analyse de la performance, les ressources mobilisées sont comparées aux objectifs du semestre, tandis que les dépenses exécutées, qui obéissent à la régulation budgétaire, sont comparées aux prévisions de la loi de finances rectificative.